Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2013

La crise et les commerces (Label ville Juillet 2013)

La crise, on nous en rebat les oreilles à longueur d'antennes, est bien présente, profonde, c'est incontestable. Mais on oublie trop souvent qu'elle est avant tout FINANCIÈRE ! L'inconséquence de tout le monde financier qui, dans une course folle aux profits, a mis en danger la globalité des acteurs économiques du monde réel, est révoltante. Comme à l'accoutumée, ce sont bien les petites structures et l'immense majorité des salariés qui en paient les conséquences, avec un reste à vivre qui s'amenuise au fil des ans (le prix de l'énergie y est pour beaucoup).

Revoir nos réflexes de consommateurs est devenu impératif et urgent :

• Préférer les circuits courts : ce qui est produit dans notre région permet d'alimenter l'économie locale, et non pas favoriser les grands groupes internationaux qui laminent les petits producteurs et les petits commerces,

• Préférer les circuits courts, c'est aussi baisser de façon significative les émissions de gaz à effet de serre et cela est bénéfique pour lutter contre le dérèglement climatique,

• Avoir un réel contact avec un commerçant qui connaît sa clientèle crée du lien social : les grandes surfaces impersonnelles suscitent l'agressivité et entraînent un mal être pour le personnel, dont la souffrance au travail est grandissante,

• Préférer le commerçant local c'est aussi obtenir un conseil pertinent pour accompagner un achat.

 

Au bout du bout, c'est bien le citoyen et son porte-monnaie qui ont un pouvoir sur les modes de distribution, consommer moins, mieux et meilleur, c'est à portée de main, c'est à Tourcoing.

 

Thérèse Kozlowski-Marescaux

Adjointe Secteur Sud

(Blanc-Seau, Gambetta, Epidème, Virolois, Marlière)