Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2013

Intervention sur les Rythmes scolaires Conseil municipal du 17 octobre 2013

C'est avec un réel enthousiasme que je salue ici le travail, le long travail, le travail de fond qui a été mené sur cette question des rythmes scolaires, par vous, monsieur le Maire, par ma collègue Marie-Laurence Davoine, Adjointe à l'éducation, par les élus de la majorité municipale, mais aussi par les techniciens au premier rang desquels je citerai Bruno Vandecasteele, directeur général adjoint des services et Florence Hudelist, directrice à l'éducation et bien évidemment toutes celles et tous ceux qui ont travaillé d'arrache-pied et dans l'ombre à l'élaboration des multiples scenarii que nous leur avons demandés.

Car cette mise en place des nouveaux rythmes scolaires est centrée sur les besoins des enfants, innovante, équilibrée, respectueuse des emplois du temps des familles, soucieuse des conditions de travail des intervenants, gratuite pour les familles, je pourrai en rajouter, bref, tout sauf improvisée. La concertation a été menée en profondeur en associant tous les partenaires que ce soit les parents d'élèves, les enseignants, le monde associatif tant culturel ou sportif que de loisir, le CoTEC- Comité Tourquennois de l'Enseignement Catholique - , les fonctionnaires de la Ville et ceux de la Caisse des écoles.

C'est grâce à ce maillage particulièrement fin que nous avons pu écouter chacune et chacun pour retravailler, de réunion en réunion, notre projet, renonçant parfois, grâce au dialogue, à ce que nous pensions prioritaire au début afin de mûrir la trame la plus efficace pour satisfaire les besoins des enfants.

Le dispositif mis en place par notre majorité permet aux enfants de toucher du doigt, d'une manière ludique des sports qu'ils n'auraient pas pensé pouvoir pratiquer, des activités culturelles dont ils n'auraient pas pensé qu'elles les intéresseraient, des loisirs scientifiques desquels ils se sentiraient éloignés, de la réflexion sur la marche du monde qu'ils auraient pu penser réservée aux adultes. Et tout cela, en se familiarisant, presque sans s'en rendre compte, à la langue anglaise, langue aujourd'hui incontournable dans notre monde occidental.

Car pour l'enfant, être confronté dès le plus jeune âge à un sport, à un apprentissage quel qu'il soit peut créer le déclic qui façonnera l'adulte de demain.

En 2008, nous avions promis que chaque enfant qui passerait dans les écoles maternelles et élémentaires de la ville serait familiarisé à la musique. Cette année là 200 élèves tourquennois avaient pu toucher un instrument de musique. Nous avons immédiatement recruté des Dumistes, intervenants musicaux dans les classes de nos écoles. Ces dumistes, agents de la Ville rattachés au Conservatoire sont aujourd'hui au nombre de six. Aujourd'hui, 4000 enfants de nos écoles ont découvert un instrument de musique et participent à des projets aussi étonnants que "La Fanfare à l'école" ou la représentation des Carmina Burana avec d'autres éminentes structures culturelles de la Ville. Chaque année, les dumistes et les enseignants organisent ensemble des restitutions de leur travail dans des conditions professionnelles et des lieux aussi symboliques que le Conservatoire, les médiathèques ou encore le MUba .

Et l'arbre porte ses fruits ; en effet le Conservatoire, l'UTEM – Union Tourquennoise pour l'enseignement Musical –, l'Harmonie du Blanc Seau, l'Harmonie Charles Dhérin, la Batterie Fanfare, l'Harmonie de la Croix Rouge et le Goupe Musical enregistrent de plus en plus de demandes d'inscription. Pour la première fois en vingt-huit ans d'existence, l'UTEM a dû ouvrir l'an dernier une liste d'attente.

Des collégiens du Collège lillois Louise Michel, couvrent en ce moment le Tourcoing Jazz Festival publiant chaque jour "Le Quoti Jazz", journal du festival. L'édition d'hier publiait une interview de deux membres du Jessy Blondeel Quartet qui s'est produit ce midi même au Magic Mirror. A la question :"Quel est le point de départ d'une carrière de musicien professionnel ?", Jessy Blondeel répond : "Souvent ça commence tout jeune à l'école maternelle avec les spectacles de fin d'année où tu montes sur scène pour faire des danses avec un public en face de toi. Puis en école de musique."

Avec ce nouveau dispositif autour des rythmes scolaires, nous n'avons pas l'ambition de faire une génération de sportifs ou de musiciens professionnels, de philosophes ou de scientifiques, nous voulons juste ouvrir le champ des possibles.

Même si derrière l'aménagement des rythmes scolaires soustend la véritable question des rythmes de la vie, rythmes au travail, rythmes scolaires, place de l'enfant dans les familles où les deux parents travaillent, parfois en horaires décalés, même si on peut regretter que ce débat de société beaucoup plus large n'a pas eu lieu, le groupe EELV au Conseil Municipal approuve la concertation des tourquennoises et des tourquennois sur ce sujet des rythmes scolaires, témoigne de la volonté qui a toujours animé la majorité municipale de mettre l'enfant et ses besoins au cœur du débat et salue le travail sérieux et de qualité qui nous amène à la validation par votre vote de cette mise en place des nouveaux rythmes scolaires dans notre Ville en septembre 2014.

Pour toutes ces raisons, nous voterons bien évidemment cette délibération.

Merci.

Olivier Descamps

Conseiller municipal délégué au développement culturel

Conseil Municipal 17 octobre 2013 - Intervention sur le Débat d'Orientation Budgétaire

Une partie de nos investissements est consacrée à la recherche d'économie d'énergie, tant pour parvenir à notre objectif du Plan Climat que pour alléger notre budget de fonctionnement. C'est là tout l'intérêt de la démarche : faire du bien à notre environnement ET à notre budget.

 

Nous investissons dans de nombreux domaines :

 

• L'achat de véhicules hybrides, le parc de nos véhicules est appelé à se transformer complètement de façon à faire des économies substantielles sur le carburant,

• Le plan de changement d'un grand nombre de nos chaudières permet déjà de réaliser des économies sur nos factures de fluides, nous avons installé 6 chaudières Biomasse et 35 chaudières à gaz à condensation, il est important de baisser significativement le volume de la consommation (- 23,4 % à l'horizon 2018), car les prix de l'énergie augmentent sans cesse.

• Le renouvellement de l'éclairage public, avec l'utilisation de LED moins gourmands en électricité,

• La modulation de l'éclairage nocturne sur trois mois d'été a permis une réduction de la consommation d'électricité pour un montant de 5 500 euros, sur un an cela fera plus de 22.000 euros.

 

Tout cela a nécessité et nécessitera des investissements, si nous les baissons, cela veut-il dire que l'on arrête notre recherche d'économies d'énergie, ce qui aurait un impact sur notre budget de fonctionnement déjà très contraint ? Alors, on arrête ou on continue ?

Et j'ai entendu des «On arrête» sur les bancs de l'opposition !!!! 

 

Thérèse Kozlowski-Marescaux

Adjointe secteur sud.

Réponse au groupe UMP / UDI au vœu "Refus du village d'insertion" Conseil municipal du 17 octobre 2013

Tout d'abord, je voudrais préciser les choses. De quoi parle-t-on ?

Sous les termes "village d'insertion", on peut imaginer de nombreux logements et un regroupement de dizaines de familles. Ou, comme vous l'avez fait, Monsieur le Député, sur La Chaîne Parlementaire, exagérer de façon caricaturale la situation pour attiser la peur, je vous cite :

" [...] A Tourcoing, dans ma commune, il y a des dizaines, des centaines de caravanes qui s'installent [...]."

 

Mais nous ne sommes pas dans l'imaginaire et la spéculation : on évoque ici en fait trois logements, TROIS, qui pourront abriter TROIS familles (6 adultes et 7 enfants). Ces familles ont la volonté de s'intégrer, ont été choisies par la préfecture avec des critères bien précis. Les enfants sont scolarisés, les parents accompagnés socialement par le CCAS et l'AFEJI.

 

Quand vous dites dans votre voeu "Si Tourcoing peut accueillir quelques familles, qui souhaitent véritablement, s'intégrer à notre pays, il faut que ces dernières soient traitées ni plus, ni moins, comme toutes les familles françaises et étrangères...", c'est exactement ce dont il s'agit. Ni plus, ni moins.

 

Par ailleurs, il faut savoir que les fonds européens ont été sollicités à hauteur de 80 % pour ce projet, l'état finance l'accompagnement, la Ville met l'immeuble à disposition.

 

De toutes façons, humainement, c'est vraiment le moins que l'on puisse faire, face à une telle détresse...


Thérèse Kozlowski-Marescaux

Adjointe du secteur sud

 

12/10/2013

La crise et les commerces (Label ville Juillet 2013)

La crise, on nous en rebat les oreilles à longueur d'antennes, est bien présente, profonde, c'est incontestable. Mais on oublie trop souvent qu'elle est avant tout FINANCIÈRE ! L'inconséquence de tout le monde financier qui, dans une course folle aux profits, a mis en danger la globalité des acteurs économiques du monde réel, est révoltante. Comme à l'accoutumée, ce sont bien les petites structures et l'immense majorité des salariés qui en paient les conséquences, avec un reste à vivre qui s'amenuise au fil des ans (le prix de l'énergie y est pour beaucoup).

Revoir nos réflexes de consommateurs est devenu impératif et urgent :

• Préférer les circuits courts : ce qui est produit dans notre région permet d'alimenter l'économie locale, et non pas favoriser les grands groupes internationaux qui laminent les petits producteurs et les petits commerces,

• Préférer les circuits courts, c'est aussi baisser de façon significative les émissions de gaz à effet de serre et cela est bénéfique pour lutter contre le dérèglement climatique,

• Avoir un réel contact avec un commerçant qui connaît sa clientèle crée du lien social : les grandes surfaces impersonnelles suscitent l'agressivité et entraînent un mal être pour le personnel, dont la souffrance au travail est grandissante,

• Préférer le commerçant local c'est aussi obtenir un conseil pertinent pour accompagner un achat.

 

Au bout du bout, c'est bien le citoyen et son porte-monnaie qui ont un pouvoir sur les modes de distribution, consommer moins, mieux et meilleur, c'est à portée de main, c'est à Tourcoing.

 

Thérèse Kozlowski-Marescaux

Adjointe Secteur Sud

(Blanc-Seau, Gambetta, Epidème, Virolois, Marlière)

07/10/2013

Mon premier «Mariage pour tous»

Samedi fut un jour exceptionnel dans ma vie d'élue et dans ma vie tout court.


 


Thérése.jpg


 


Marier, dans notre belle salle des mariages tourquennoise récemment rénovée, deux amies de longue date, n'est pas courant. Il a fallu pour cela que les circonstances rendent l'événement possible : tout d'abord, la loi, dite du "Mariage pour tous", votée au printemps et défendue avec beaucoup de ténacité par Madame Taubira, une grande dame, face à une opposition déchainée, intolérante, ignorante et parfois insultante. En France, c'était la première fois que l'on défilait dans les rues contre des droits attribués à une catégorie de Français...


Ensuite il était indispensable que je sois élue pour pouvoir officier... Ces deux conditions étaient réunies en 2013... Enfin !!


Il y a 32 ans, quand Giuseppina et Raphaelle se sont connues à Marcq-en-Barœul, nous étions à des années-lumière de penser que cela serait possible, et cela le fut... quand même. Contre vents et marées.


Résidant dans la région d'Avelino en Italie depuis une vingtaine d'années, Giuseppina a créé l'Association Famiglie Arcobaleno (Familles Arc-en-ciel) qui milite pour que les familles, et surtout les enfants, aient tous les mêmes droits. Pour convaincre l'Italie entière, il faudra à mes amies beaucoup de ténacité, de persévérance... Nous l'avons fait, nombre de pays européens aussi, les Italiens peuvent le faire... Ce n'est qu'une question de temps.


 Où l'on en parle (et de Tourcoing aussi...) : El Corriere della Sera, La Reppublica...


 


http://27esimaora.corriere.it/articolo/le-nozze-francesi-...


«Celebra le nozze Thérèse Kozlowski, assessora al comune di Tourcoing e amica dei La Delfa da decenni:



“Questa cerimonia – dice – è il simbolo dell’Europa che si è costruita passo dopo passo. Le mentalità delle persone si sono dovute evolvere perché questa legge fosse adottata e noi potessimo ritrovarci qui”. E poi l’augurio per il futuro; “Giuseppina ti servirà tutta la tua tenacia per convincere l’Italia intera che la famiglia arcobaleno è assolutamente una famiglia come le altre”.»



La reppublica 


Campania Notizie


Zerotto Nove