Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2013

Intervention sur les Rythmes scolaires Conseil municipal du 17 octobre 2013

C'est avec un réel enthousiasme que je salue ici le travail, le long travail, le travail de fond qui a été mené sur cette question des rythmes scolaires, par vous, monsieur le Maire, par ma collègue Marie-Laurence Davoine, Adjointe à l'éducation, par les élus de la majorité municipale, mais aussi par les techniciens au premier rang desquels je citerai Bruno Vandecasteele, directeur général adjoint des services et Florence Hudelist, directrice à l'éducation et bien évidemment toutes celles et tous ceux qui ont travaillé d'arrache-pied et dans l'ombre à l'élaboration des multiples scenarii que nous leur avons demandés.

Car cette mise en place des nouveaux rythmes scolaires est centrée sur les besoins des enfants, innovante, équilibrée, respectueuse des emplois du temps des familles, soucieuse des conditions de travail des intervenants, gratuite pour les familles, je pourrai en rajouter, bref, tout sauf improvisée. La concertation a été menée en profondeur en associant tous les partenaires que ce soit les parents d'élèves, les enseignants, le monde associatif tant culturel ou sportif que de loisir, le CoTEC- Comité Tourquennois de l'Enseignement Catholique - , les fonctionnaires de la Ville et ceux de la Caisse des écoles.

C'est grâce à ce maillage particulièrement fin que nous avons pu écouter chacune et chacun pour retravailler, de réunion en réunion, notre projet, renonçant parfois, grâce au dialogue, à ce que nous pensions prioritaire au début afin de mûrir la trame la plus efficace pour satisfaire les besoins des enfants.

Le dispositif mis en place par notre majorité permet aux enfants de toucher du doigt, d'une manière ludique des sports qu'ils n'auraient pas pensé pouvoir pratiquer, des activités culturelles dont ils n'auraient pas pensé qu'elles les intéresseraient, des loisirs scientifiques desquels ils se sentiraient éloignés, de la réflexion sur la marche du monde qu'ils auraient pu penser réservée aux adultes. Et tout cela, en se familiarisant, presque sans s'en rendre compte, à la langue anglaise, langue aujourd'hui incontournable dans notre monde occidental.

Car pour l'enfant, être confronté dès le plus jeune âge à un sport, à un apprentissage quel qu'il soit peut créer le déclic qui façonnera l'adulte de demain.

En 2008, nous avions promis que chaque enfant qui passerait dans les écoles maternelles et élémentaires de la ville serait familiarisé à la musique. Cette année là 200 élèves tourquennois avaient pu toucher un instrument de musique. Nous avons immédiatement recruté des Dumistes, intervenants musicaux dans les classes de nos écoles. Ces dumistes, agents de la Ville rattachés au Conservatoire sont aujourd'hui au nombre de six. Aujourd'hui, 4000 enfants de nos écoles ont découvert un instrument de musique et participent à des projets aussi étonnants que "La Fanfare à l'école" ou la représentation des Carmina Burana avec d'autres éminentes structures culturelles de la Ville. Chaque année, les dumistes et les enseignants organisent ensemble des restitutions de leur travail dans des conditions professionnelles et des lieux aussi symboliques que le Conservatoire, les médiathèques ou encore le MUba .

Et l'arbre porte ses fruits ; en effet le Conservatoire, l'UTEM – Union Tourquennoise pour l'enseignement Musical –, l'Harmonie du Blanc Seau, l'Harmonie Charles Dhérin, la Batterie Fanfare, l'Harmonie de la Croix Rouge et le Goupe Musical enregistrent de plus en plus de demandes d'inscription. Pour la première fois en vingt-huit ans d'existence, l'UTEM a dû ouvrir l'an dernier une liste d'attente.

Des collégiens du Collège lillois Louise Michel, couvrent en ce moment le Tourcoing Jazz Festival publiant chaque jour "Le Quoti Jazz", journal du festival. L'édition d'hier publiait une interview de deux membres du Jessy Blondeel Quartet qui s'est produit ce midi même au Magic Mirror. A la question :"Quel est le point de départ d'une carrière de musicien professionnel ?", Jessy Blondeel répond : "Souvent ça commence tout jeune à l'école maternelle avec les spectacles de fin d'année où tu montes sur scène pour faire des danses avec un public en face de toi. Puis en école de musique."

Avec ce nouveau dispositif autour des rythmes scolaires, nous n'avons pas l'ambition de faire une génération de sportifs ou de musiciens professionnels, de philosophes ou de scientifiques, nous voulons juste ouvrir le champ des possibles.

Même si derrière l'aménagement des rythmes scolaires soustend la véritable question des rythmes de la vie, rythmes au travail, rythmes scolaires, place de l'enfant dans les familles où les deux parents travaillent, parfois en horaires décalés, même si on peut regretter que ce débat de société beaucoup plus large n'a pas eu lieu, le groupe EELV au Conseil Municipal approuve la concertation des tourquennoises et des tourquennois sur ce sujet des rythmes scolaires, témoigne de la volonté qui a toujours animé la majorité municipale de mettre l'enfant et ses besoins au cœur du débat et salue le travail sérieux et de qualité qui nous amène à la validation par votre vote de cette mise en place des nouveaux rythmes scolaires dans notre Ville en septembre 2014.

Pour toutes ces raisons, nous voterons bien évidemment cette délibération.

Merci.

Olivier Descamps

Conseiller municipal délégué au développement culturel

Les commentaires sont fermés.